Le chant des voiles de Tiphs

IMG_6309

  • Titre : Le chant des voiles
  • Auteur : Tiphs
  • Genre : Aventure, Young Adult, romance

Résumé : « L’océan, Luka en a toujours rêvé. Vivre libre et loin de la misère dans laquelle elle a grandi l’obsède. […] En particulier depuis que le roi lui-même a publié un édit autorisant les femmes à suivre la voie professionnelle de leur choix, à condition d’apporter la preuve qu’elles sont aptes à exercer.Luka n’a donc qu’un but en tête : s’engager comme mousse pour obtenir une lettre de recommandation d’un officier et entrer à l’Académie de marine.Ainsi, quand le capitaine du majestueux Endeavour l’intègre à son équipage en dépit des convenances, Luka semble toucher son rêve du doigt.Mais passée l’euphorie du départ, la vie à bord se révèle impitoyable. Malgré les obstacles, la jeune femme refuse cependant de baisser les bras et comprend au cours de son voyage qu’au-delà d’un rêve égoïste, elle se bat désormais pour devenir l’exception qui fera changer les choses. Mais malheureusement pour Luka, sur l’Endeavour rien n’est ce qu’il paraît être. »

Hello ! 🙂  J’ai eu la chance de lire le manuscrit écrit par Tiphs et envoyé par l’Agence Sélène. Comme indiqué sur une autre chronique, ce sont des livres qui ne sont pas encore publiés, mais qui ont été sélectionnés par une agence littéraire. Cet agent, soutien de potentiels livres auprès des maisons d’éditions. Pour avoir un impact plus fort, elle a fait appel à des éclaireurs pour lire et donner son avis sur des écrits.

Pour commencer, on y suit les aventures d’une jeune femme de dix-neuf ans. En effet, comme le résumé l’indique, Luka, désire depuis ses treize ans, entrer dans l’Académie de marine. Le roi lui-même autorise les femmes à avoir une vraie carrière. Malheureusement, il est difficile d’être prise au sérieux dans un domaine qui a toujours été accordé aux hommes. Pourtant, une jeune femme avec des rêves en tête, décide de tenter le tout pour le tout. Après plusieurs années, elle se fait enfin remarquer par le capitaine McKornic. C’est ainsi, que débute son aventure à bord de l’Endeavour.

Pour cette lecture, j’ai embarqué dans un livre vibrant d’un certain féminisme. En effet, le personnage principal Luka veut prouver qu’une femme peut faire le travail d’un homme. Au même titre qu’eux, elle revendique en être capable. Armé d’un tempérament fougueux et passionné, elle n’hésite pas à faire preuve de mordant. Sans se démonter, elle rétorque et expose son point de vue. Si cela termine en bagarre ? Eh bien tant pis. Elle ne se laissera pas faire. Cependant, il y a toujours des limites. Elle a beau montrer qu’elle est forte, elle n’en reste pas moins une femme dans un milieu d’homme. Et ça, c’est un point important à prendre en considération.

Rattrapé par la réalité, Luka ne baisse pas les bras. Au contraire, ses convictions sont renforcées lorsqu’elle rencontre Gill. Une jeune femme qui travaille dans un bordel à la Horta. Luka est tout d’abord interdite face à ce qu’elle voit. Je la soupçonne même d’y avoir porté un petit jugement. Néanmoins, Gill la ramène en quelque sorte à la réalité. Comme elle lui explique, son métier est une forme de liberté. Différente de celle de Luka, mais s’en est tout de même une. De cette manière, elle ne dépend d’aucun homme. Touché par le destin de la fille de joie, la jeune mousse nourrie ses rêves avec plus d’ardeur. Encore plus lorsqu’elle découvre l’histoire d’une autre jeune femme, mais ça, ce sera à vous de la découvrir ;p . Pour toutes ses femmes, elle veut prouver que le sexe dit « faible » mérite d’être égale à celui de l’homme.

Au fur et à mesure de son aventure, la jeune femme n’est pas épargnée. Entre les marins qui pensent qu’elle n’a rien à faire là et une mésaventure à Horta, Luka est tout de même mise face à sa condition de femme. Autrement dit, elle n’est pas en sécurité, mais ça, c’était sans compter la présence réconfortante de Nathanaël et Antoine de Montperrey. Nathanaël est le lieutenant du navire, c’est un homme juste et doté d’une douceur qui a le don de vous calmer. Il se montre protecteur envers la jeune femme et sympathique. Je dois avouer que c’est un des personnages qui m’a le plus marqué. En règle générale, j’ai tendance à m’attacher aux personnages secondaires. A mon sens, ils sont aussi importants que le personnage principal. Quant à Antoine de Montperrey, c’est celui qui a financé l’expédition. C’est un aristocrate qui cache bien son jeu. Je l’ai trouvé assez doué jouer un rôle et ainsi, pouvoir étudier chaque personne à bord. Encore une fois, j’évite de vous en dire plus pour que vous ayez la même surprise. Tout ce que j’ai à dire c’est que le dicton « les apparences sont souvent trompeuses » a été créé spécialement pour lui !

Axel. A lui tout seul, il mérite son paragraphe. Bien avant qu’elle monte à bord du navire, ce dernier faisait déjà preuve de sarcasme. Railleur et médisant, il n’épargne pas la jeune femme qui –malheureusement-est sous ses ordres. Sans ménagement, il la rabaisse constamment, mais c’était sans compter notre fougueuse héroïne qui ne se laisse pas faire. Je dois dire que j’ai adoré son répondant. Ce qui transforme sa relation avec Axel en partie de ping-pong. Ils ne font que s’envoyer la balle sans relâche, mais est-ce que cela ne cacherait pas autre chose ? Haha. A part cela, on ne sait pas grand-chose sur Axel. En quelque sorte, le lien entre lui et Luka, évince les questions que l’on pourrait se poser sur lui. Ce qui était une bonne idée ! De cette manière, on se laisse plus facilement surprendre.

Enfin, j’ai trouvé le style de l’auteur fluide. Lorsque les choses devenaient trop calmes, elle trouvait toujours le moyen de nous surprendre avec une nouvelle action. Pendant une grande partie du livre, on ne sait pas pour quelle expédition, ils partent, mais c’était sans compter l’esprit de Luka. Je ne m’attendais vraiment pas à ça et j’ai adoré ! Cela donne une autre dimension au récit (je vous vois venir, mais je ne dirais rien ! :p ). Quant à la fin de ce premier roman, ça été pour moi un vrai coup de théâtre ! Durant un moment les choses étaient tranquilles comme le calme avant la tempête. Oui, on peut dire ça, car je vous assure, que l’on est pas préparé par ce qu’il suit ! Sans mentir, j’ai été sous le choc.

Si je devais trouver des défauts à ce roman, je dirais que la notion d’affranchissement de la condition féminine est très présente. Luka ressasse ses rêves et parfois, cela peut être répétitif. Cependant, cela ne m’a pas dérangé. Aussi, parfois, il y a des petites longueurs, mais comme je l’ai exprimé plus haut, elles sont très vite rattrapées par de l’action.

En conclusion, j’ai trouvé ce roman rafraîchissant. J’ai été happé par l’histoire. D’autant plus que c’était une première pour moi, car je n’ai jamais lu d’aventure marine. On y relate des valeurs telles que l’émancipation des femmes dans une société où elle n’ont pas vraiment de choix, mais aussi, de liberté et d’aventure.

Publicités

2 réflexions sur “Le chant des voiles de Tiphs

  1. Wow, merci beaucoup pour ta chronique ! Comme je te disais, j’appréhendais ton avis (va savoir, peut-être que je sentais que les aventures maritimes n’étaient pas ta tasse de thé) mais je suis d’autant plus soulagée de savoir que ça a été une bonne surprise ! ❤

    Aimé par 1 personne

    1. De rien 🙂 Justement, c’est ça qui était rafraichissant ! J’avais pas eu l’occasion de lire de vraies aventures maritimes et ton livre m’a permit d’y remédier 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s